zebres

DOSSIERS DE
  BIODIVERSITÉ

La biodiversité à Paris
----

La flore parisienne


(Accéder au plan du dossier complet)



On estime actuellement la flore parisienne à plus de 1200 espèces de plantes 'sauvages', au sens où leur croissance et leur multiplication ne sont pas soumises à l'intervention humaines. Parmi elles, quatre types d'espèces sont à distinguer :

  • Les espèces indigènes de la région Ile-de-France
  • Les espèces naturalisées (des espèces introduites depuis longtemps qui ont su s'adapter au milieu naturel)
  • Les espèces introduites récemment
  • Les espèces introduites de manière accidentelle (donnant lieu souvent à des phénomènes d'invasion)


Cette biodiversité est généralement méconnue ou sous-estimée par le grand public. Qui penserait par exemple qu'il est possible de trouver des orchidées sauvages dans Paris intra-muros? Et pourtant, c'est le cas d'après Jacques Moret, même s'il préfère ne pas révéler trop précisément l'endroit pour éviter qu'elles soient cueillies par des gens peu scrupuleux. Ci-dessous, une photo de l'orchidée Anacamptis pyramidalis, prise ici au bois de Boulogne.

Une orchidée au bois de Boulogne

Une orchidée au bois de Boulogne...

Mais de plus en plus, des actions se mettent en place pour tenter de décrire et de protéger la flore parisienne.

Citons par exemple le site internet Images de la Flore de Paris, qui ne contient pas moins de 815 fiches d'espèces ou sous espèces rencontrées à Paris au 30/12/2008 et est enrichi progressivement. Mais toutes ces espèces ne sont pas également réparties dans Paris ; si certaines sont présentes dans tous les arrondissements (comme le Chénopode blanc), d'autres sont présentes de manière très ponctuelle, et peuvent être limitées à une seule zone dans un seul arrondissement (exemple : le Seringa commun).

Biodiversité floristique

Biodiversité floristique comparée des différents arrondissements de Paris.
Les chiffres à l'intérieur de certains arrondissements indiquent le nombre d'espèces protégées observées en 2003

Dresser des inventaires de ce type est utile pour recenser les espèces, suivre leur évolution et la dynamique des milieux. Ces études sont généralement réalisées par des institutions, associations et bureaux d'études de la Ville de Paris, en partenariat étroit depuis 2003 avec le Muséum National d'Histoire Naturelle. Elles permettent de tirer quelques conclusions :

  • La biodiversité floristique parisienne est loin d'être négligeable, elle est même remarquable par rapport à celle de la petite couronne de l'Ile-de-France.
  • La biodiversité floristique augmente au fur et à mesure que l'on s'éloigne du coeur de Paris.
  • Les deux bois (Vincennes et Boulogne) abritent plus de 300 espèces de plantes supérieures, ce qui est bien plus important que la plupart des communes de banlieue.

De plus, on constate qu'en 2003, Paris abritait neuf espèces protégées au plan régional. Cinq d’entre-elles vivent sur les quais de la Seine, où a été trouvée en 2003 la fougère protégée Thelypteris palustris entre les pierres qui forment les murs des quais. Citons également le triste cas d'une autre fougère, Gymnocarpium robertianum, qui vivait aux arènes de Lutèce. Cette espèce trouvée à Paris en 2000 a disparu en 2002 probablement du fait d’un vandalisme... C’était la dernière station connue de cette espèce en Ile-de-France.

Ainsi, parmi les 761 espèces de plantes à fleurs et de fougères recensées depuis 1980, on trouve des espèces remarquables dont certaines possèdent une forte valeur patrimoniale :

  • 9 espèces protégées en Ile-de-France,
  • 15 espèces déterminantes ZNIEFF dont la présence peut, en Ile-de-France, justifier de l’inscription d’une zone dans la liste régionale des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) ; les espèces protégées en font aussi partie,
  • 7 espèces d’orchidées,
  • 16 espèces de fougères dont 3 sont protégées.

S’il est important de souligner l’intérêt et la vulnérabilité de ces espèces « phares », notamment auprès du public, il importe aussi de faire connaître toute la flore commune constituant le patrimoine naturel parisien, indispensable à toute une petite faune urbaine et participant largement à la biodiversité parisienne.

En ce qui concerne les espèces exotiques, de très nombreuses espèces sont arrivées sur Paris, puis se sont ensuite servies de Paris pour coloniser l’ensemble de l’Ile-de-France et même parfois la France, comme pour les animaux. Le buddleia (ou « arbre aux papillons ») est une plante exotique très bien acclimatée au biotope parisien où il colonise toute nouvelle friche, au point de devenir parfois une espèce envahissante (par exemple en 2003 sur toutes les friches de la zone Tolbiac).

Il apparaît donc nécessaire que pour permettre la préservation et le développement de la biodiversité végétale parisienne, le réseau de surveillance mis en place soit complété par d'autres actions, actions qui se mettent généralement en place zone par zone. Nous allons d'abord examiner la flore des jardins, premier lieu qui vient à l'esprit quand on parle de biodiversité végétale à Paris, et les actions qui sont mises en place pour tenter de la favoriser. Puis nous verrons que la flore parisienne ne se réduit pas à ces espaces verts, et que d'autres lieux peuvent abriter une flore toute aussi riche même si souvent plus méconnue.




<= Retour : Introduction => Voir la suite : Parcs et jardins






Pour signaler un problème technique sur le site ou ajouter votre site consacré à la biodiversité dans la rubrique "Liens généraux", vous pouvez contacter le webmaster.

Pour nous faire part de vos remarques et avis concernant les dossiers, utilisez plutôt le module de discussion dans la rubrique "Vos réactions"

Vous souhaitez utiliser une partie des documents de ce site, reproduire ou modifier son contenu ? Pas de problème ! Ce site est soumis à copyleft !

Logo de l'ens Logo du CERES

Site optimisé pour Mozilla Firefox.

Dernière mise à jour : juillet 2009 Partenaire : internet argent

Ce site a reçu 98500 visiteurs depuis sa création.

copyleft Copyleft